Port-de-Bouc est située à l’embouchure du canal de Caronte qui relie l’étang de Berre au golfe de Fos et à la Méditerranée. La commune est également le point d’arrivée du Canal de navigation d’Arles à Bouc.

Historiquement, Port de Bouc est une ville « jeune » âgée seulement de 250 ans. Economiquement, la Ville développe sa vocation industrielle et maritime puis évolue vers le commerce toujours en lien avec le monde marin : les salins, le plomb, la morue. Début du XXème siècle, l’industrie chimique, la pétrochimie et l’aciérie se développent ainsi que la construction navale.

Première fracture, survenue en 1966, les Chantiers et Ateliers de Provence qui ont forgé l’identité de la cité, dont les rues aujourd’hui encore portent des traces indélébiles, ferment leurs portes après faillite et dépôt de bilan. Le Provence dernier navire construit est remorqué à La Ciotat pour finitions, malgré des ouvriers grévistes qui font tout pour empêcher son départ. Un avènement économique majeur qui déstabilise toute la ville. Deux mille emplois disparaissent alors.

Dans les années 1970 toute la région vit dans la perspective du gigantesque complexe industriel de Fos-sur-Mer. On s’attend à la création de milliers d’emplois, des sidérurgistes lorrains arrivent dans la région, décidés à contribuer au développement promis.

Port-de-Bouc dispose de réserves foncières, et poussé par les autorités nationales fait face à l’arrivée

de 7 500 nouveaux habitants en construisant des infrastructures d’accueil. C’est ainsi que naissent les 4 quartiers autour du Centre-Ville :

  • Quartier le Tassy-Bellevue (Quartier politique de la Ville)
  • Quartier des Comtes (Quartier politique de la Ville)
  • Quartier des Amarantes (Quartier en Veille Active depuis 2014))
  • Quartier des Aigues-Douces / la Lèque (Quartier politique de la Ville)

D’autres quartiers plus résidentiels sont en périphérie de la Ville.

La désillusion survient en 1975 avec l’arrêt du développement de la Z.I. de Fos, suivi de près par

la crise de la sidérurgie qui frappe aussitôt les unités de Solmer et d’Ugine Acier.

Dernière criée publique de toute la région PACA pour la vente du poisson, la Halle à Marée doit fermer ses portes en décembre 2009, suivie quelques années après de la Copemart qui commercialisait le poisson bleu. Désormais, l’activité de la Pêche à Port-de-Bouc est devenue quasi inexistante.

Voisine des activités liées à la pêche, la plaisance ; le port abrite des bateaux venus de toute l’Europe.

La requalification urbaine entreprise depuis une dizaine d’années a donné un nouveau visage à Port-de-Bouc. Tout en améliorant le cadre de vie des Port-de-Boucains, l’attractivité de la ville s’est renforcée.  Démographiquement, la population a fluctué en corrélation avec l’emploi pour atteindre aujourd’hui 18000 habitants.

Fabien MENOT, un centre social implanté sur le quartier des Aigues-Douces/La Lèque

(Sources : INSEE, portrait de territoire CAF, portrait de quartier COMPASS)